Cleveland CROCHET

(1919 - )

Violoniste

Cajun

30/01/1919

Naissance de Cleveland Crochet, à Hathaway, en Louisiane près de Lake Charles. Son père est un musicien cajun et le jeune Cleveland construit son premier violon à partir d’une boite de cigares alors qu’il n’a que douze ans. Pour gagner sa vie il prend un travail de jour, mais commence à jouer dans les bals de la région du sud-ouest de la Louisiane et du sud-est du Texas.

1950 – 1960

Le violoniste monte un groupe qu’il appelle Cleveland Crochet and the Hillbilly Ramblers en 1950. Il joue tous les samedis soirs au Shamrock ou au Moulin Rouge de Lake Charles. Les membres originaux sont, outre Cleveland Crochet lui-même, Charlie Babineaux, Tilford McClelland, Sidney Brown et Eddie Benoit. Le groupe se produit dans la région et enregistre quelques faces pour Folk-Star et Leader.  Vers 1954, la composition du groupe évolue, avec toujours Charlie Babineaux à la guitare, mais maintenant Clifton Newman à la batterie, Shorty LeBlanc à l’accordéon et Jesse ‘Jay’ Stutes au chant.

1960 – 1965

En 1960, c’est ce groupe qui se rend à Lake Charles chez Eddie Shuler, le patron du studio Goldband, dans l’espoir d’enregistrer. Shuler, qui cherche un groupe cajun capable de jouer du rock’n’roll depuis longtemps, pense qu’il a peut-être tiré le gros lot ! Des sessions d’enregistrement sont programmées lors desquelles Cleveland Crochet enregistre notamment deux de ses compositions, Sugar Bee et Drunkard’s Dream, produites par Shuler qui ajoute une steel guitar et les fait jouer sur un rythme un plus rock, avec des paroles en anglais. C’est Jay Stutes, en fait chauffeur de poids lourds, qui joue de la steel guitar et chante avec une voix passée au papier de verre. Le 45t est publié en novembre 1960, sous le nom de Cleveland Crochet and The Hill Billy Ramblers, et Sugar Bee devient petit à petit un tube jusqu’à atteindre la 80ème place du hit-parade du Billboard, début 1961. Le disque fut réédité pour répondre à la demande, attribué alors à Cleveland Crochet and Band ! Malheureusement, comme cela était encore fréquent à l’époque, Eddie Shuler s’était attribuée la chanson, privant ainsi Cleveland Crochet des droits d’auteurs ! Cependant, C’est un Cleveland plein d’espoir qui continue à gérer les apparitions du groupe et à travailler au studio à faire des arrangements pour Eddie Shuler, dans son studio de Lake Charles. Afin de profiter du succès de la chanson, le nom du groupe fut changé et les 45t suivants, Sweet Thing / Hound Dog Baby, en 1961 et Telephone Port Arthur / Come Back Little Girl, en 1962, furent publiés sous le non de Cleveland Crochet and His Band Of Sugar Bee’s ! Mais les choses ne se passèrent pas tout à fait comme il l’espérait. En effet, Jay Stutes devint le leader du groupe à sa place, et le disque suivant sortit sous le nom de Jay Stutes and All The Sugar Bees (Coming Home) sur une face et All The Sugar Bees featuring Doris Mott (Not My Fault) sur la face B. Même Sugar Bee fut réédité, attribué cette fois-ci à Jay Stutes & The Sugar Bees ! Un single fut publié (quand exactement ?) sur Lyric, un des labels de George Khoury, sous le nom de Cleveland Crochet and The Hillbilly Ramblers avec Sha Meon Waltz et Midnight Blues (et plus tard réédité chez Swallow de Floyd Soileau avec des titres en français : Chere Meon / Blues De Minuit). Eddie Shuler publia un dernier 45t (Waltz Of A Broken Heart) en 1965 sous le nom de Cleveland Crochet, bien que la seconde face soit attribuée à Shorty LeBlanc ! En fait, ni l’un, ni l’autre, que ce soit Cleveland Crochet, Jay Stutes ou Shorty LeBlanc, ne réussit à retrouver le son et la cohésion qui avait permit la naissance de Sugar Bee. Dommage !

1965 – 1970

Comme beaucoup de groupes locaux de cette époque, ils ne purent résister longtemps à l’invasion britannique et le groupe fut dissout. Cleveland continua pendant un temps dans la musique, mais sans retrouver l’activité du début des années 60.

Depuis 1070

Cleveland Crochet prend une retraite tranquille, à Iowa, en Louisiane et ne joue plus qu’occasionnellement lors de jam sessions improvisées !

Eddie Shuler, le boss de Goldband Records, se souvenait : « J’ai passé cinq années à chercher un groupe cajun capable de jouer du rock’n’roll. Tout le monde pensait que j’étais dingue. » Mais Sugar Bee, ce superbe rock’n’roll, lui donnera raison : la chanson de Cleveland Crochet devient la première chanson cajun à entrer dans le Top 100 du Billboard début 1961. Pour ce fait d’arme, le musicien sera intronisé au Cajun French Music Hall of Fame en 1998.

Discographie

Cleveland Crochet And The Sugar Bee’s

Goldband

1969 ?

Cleveland Crochet And All The Sugar Bees

Goldband

2000

Mon choix : Cleveland Crochet And The Sugar Bee’s (Sugar Bee / Drunkard’s Dream / La Valse De Chagrin / Midnight Blues / Telephone Port Arthur / Good Morning Blues / Wedding Day / Hound Dog Baby / Waltz Of A Broken Heart / Sweet Thing / La Branche De Muriee / Kaw-Liga (Boogie))

Tous les titres sont là ! Sugar Bee, bien entendu, ouvre le bal et justifie, à lui seul, le disque. On ne compte plus les artistes qui ont repris le tube, de Jimmy C. Newman à Hadley J. Castille et Filé, de Warren Storm à Red Beans And Rice Revue, de Boozoo Chavis à Rockin’ Sidney et Rockin’ Dopsie et de Doug Sahm à Canned Heat et Willie and the Poor Boys !